Partager

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email

Rencontres d’auteurs de septembre et octobre

   

Dans le cadre de nos rencontres d’auteurs, nous avons eu le plaisir de recevoir trois monuments de la littérature française à la Villa Acantha pour ce début de saison.​

Jean-Marie Rouart – Jeudi 23 septembre 2021

Parcours d’un écrivain non académique

 

De ses débuts difficiles – il est cinq fois candidat au baccalauréat et son premier livre est refusé par treize éditeurs – à sa reconnaissance officielle et publique – il est lauréat de nombreuses prix et membre de l’Académie française depuis vingt-quatre ans, Jean-Marie Rouart est devenu une figure familière de la vie littéraire française.

Cet événement est l’occasion d’évoquer, pêle-mêle, son enfance au milieu des peintres ; son activité d’écrivain sous la Coupole et de journaliste ; ses auteurs favoris ; sa longue amitié pour Jean d’Ormesson ; sa tendresse pour les causes perdues ; son combat contre la prostitution et l’engrenage de la justice (affaires Gabrielle Russier, Omar Raddad, Bruno Joushomme, etc.) ; sa passion pour Napoléon ; son plaidoyer en faveur de l’échec et son obsession du suicide ; sa perception de l’amour et de la France… tout ce dont est pétrie une existence riche en rencontres et en anecdotes.

Jean-Marie Rouart est l’auteur d’une quarantaine de romans, essais et biographies. Il a notamment publié Les Feux du pouvoir (Grasset, Prix Interallié), Avant-guerre (Grasset, Prix Renaudot), Le Cavalier blessé (Grasset) ou, plus récemment, Ce pays des hommes sans Dieu (Éditions Bouquins) et Ils voyagèrent vers des pays perdus (Albin Michel).

Alain Borer – Jeudi 7 octobre 2021
Pour l’amour de la langue française

 
« La langue évolue est un des pires poncifs de l’histoire de la bêtise. La langue évolue, le cancer aussi. »
Lauréat du prix Édouard Glissant, grand spécialiste de Rimbaud, auteur d’une œuvre foisonnante qui comprend poèmes, romans, essais ou encore critiques d’art, Alain Borer s’est affirmé ces dernières années comme un ardent défenseur de la langue française.
Avec une érudition sans faille et un sens aigu de la formule, Alain Borer nous décrit une langue française colonisée par les anglicismes. Il dépeint le drame invisible d’une civilisation sous influence, l’histoire tragique d’un trésor dilapidé par paresse, ignorance et soumission.
Mais ce n’est pas à une lamentation sur les ruines que nous convie l’auteur. Il s’agit bien plutôt d’un appel au sursaut, d’une invitation à renouer avec la beauté de la langue française. Un hymne qui n’est pas un chant du cygne mais bien une formidable « salve d’avenir ».
Alain Borer a notamment publié Rimbaud en Abyssinie (Le Seuil, 1984), De quel amour blessée (Gallimard, 2014), Villeglé l’anarchiviste (Gallimard, 2019), ainsi que, en « Tracts », Le Retirement du monde (avril 2020) ou Speak white ! Pourquoi renoncer au bonheur de parler français ?

René Frégni – Jeudi 21 octobre 2021
Carnets de prison

Figure atypique des lettres françaises, René Frégni a connu une existence aventureuse et mouvementée avant de se consacrer à l’écriture et de devenir l’auteur reconnu que l’on sait.
Cheminant entre la noirceur des hommes et la beauté lumineuse de la Méditerranée et des campagnes provençales, son œuvre sensuelle et violente se nourrit notamment de sa connaissance du milieu carcéral. Depuis plus de vingt ans René Frégni anime en effet des ateliers d’écriture auprès des détenus.
En 2004, celui dont la vie ressemble à un roman va devenir malgré lui le personnage bien réel d’un sinistre polar. Arrestation et perquisition à son domicile, garde à vue dans les geôles marseillaises, harcèlement judiciaire, René Frégni va vivre une véritable descente aux enfers pour avoir noué une amitié sincère avec un truand rencontré en prison.
Que reste-t-il aux hommes face à la haine, l’exclusion, la violence et l’injustice ? L’amour et la rage d’écrire, nous dit René Frégni.
René Frégni est l’auteur d’une vingtaine de livres, publiés pour l’essentiel chez Gallimard, dont Les chemins noirs (1988), Les nuits d’Alice (1992), On ne s’endort jamais seul (2001), Tu tomberas avec la nuit (2008), La fiancée du corbeau (2011), Les vivants au prix des morts (2017), tous primés.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email